Chorus / Traversée  | Danse Mickaël Phelippeau / Nacera Belaza Samedi 25 mars - 20h

 

 

Chorus

Né de la rencontre entre le chorégraphe/plasticien Mickaël Phelippeau et l’ensemble vocal Campana, ce projet est une pièce à la fois chorégraphique et musicale, composé d’amateurs et de professionnels. S’appuyant sur une cantate de Bach, chantée et mise en espace de multiples façons, de la plus légère à la plus grave, cette opération à choeur ouvert donne à percevoir les battements d’un choeur à nul autre pareil !

D’une constante inventivité et d’une exaltante liberté de ton, la pièce trouve le juste équilibre entre drôlerie, mélancolie et allégresse. Le spectacle passe comme un souffle et enchante comme un rêve.

Durée : 1h

Note d’intention de Mickaël Phelippeau :

Chorus s’inscrit dans la rencontre, moteur de mon travail, cette fois-ci avec vingt-quatre choristes. Chorus est pensé comme mouvement d’ensemble. En jazz, prendre un chorus, c’est aussi prendre un solo. On parlera d’ensemble vocal, on parle de danse chorale. Nous nous inscrivons dans une tradition du choeur, nous nous y confrontons, nous la détournons et focalisons sur une interprétation multiple, à partir d’un morceau aussi fameux que Nicht so traurig, nicht so sehr de Bach.

soit

Et si nous chantions en silence, nous playbackions, nous défiions des challenges, nous interprétions du répertoire le plus rapidement possible, nous nous essoufflions, dniwer ne snoitnahc suon, nous étions un seul corps avec un seul coffre, nous étions soprano masculine, nous nous costumions à outrance pour être hyper lyriques.

Et si nous étions un choeur mouvant, un choeur qui se déplace en permanence, un choeur qui va vers le sol, un choeur ventre au sol, un choeur en grappe, un choeur explosé et hétérogène, un choeur qui part du public, un choeur qui bat aussi la mesure, un choeur en surexposition, un choeur qui disparaît, un choeur qui se situe hors-champ, un choeur mou, un choeur qui chante sans interruption, un choeur comédie musicale, un choeur qui se relaie, un choeur juste à côté, un choeur qui s’use.

Chorégraphie : Mickaël Phelippeau
Collaboration artistique : Marcela Santander Corvalàn
Interprétation : Ensemble a capella Campana
Lumière : Alain Feunteun
Son et montage vidéo : Romain Cayla

Traversée

L’espace d’une soirée, nous vous invitons à plonger dans l’oeuvre de la chorégraphe Nacera Belaza à travers trois de ses pièces : La Nuit, La Traversée et Sur le fil.
La chorégraphe n’émet qu’un seul souhait : que le spectateur vienne là, l’esprit à l’écoute, ouvert, sans idée préconçue de ce qu’il y a à voir, de ce qu’il « faudrait » comprendre, etc.
Juste les sens en éveil, lâcher prise.
Juste être là pour vivre ensemble, ressentir ensemble, spectateurs et danseuses, cet instant unique.

La Nuit, La Traversée et Sur le fil : ces trois pièces de même texture présentent une danse sensuelle et prenante à l’extrême.
La première est un solo qui nous entraîne dans une semi-obscurité, dans une danse obsédante, légère et tourbillonnante comme celle du derviche tourneur.
Le trio suivant travaille sur la répétition d’un motif chorégraphique simple, une marche en cercle, évoquant une forme de rituel ancestral.
Enfin, le climat spirituel se poursuit avec les trois danseuses de Sur le fil : composée principalement de tours à grande vitesse, hypnotisé, on distingue plus qu’on ne regarde. Nacera Belaza rend soudain sensible la trace du mouvement.

Durée : 2h

Chorégraphie, conception son et lumière : Nacera Belaza
La Nuit, interprète : Nacera Belaza. La Traversée, interprètes : Dalila Belaza, Aurélie Berland, Anne-Sophie Lancelin. Sur le fil, interprètes : Nacera Belaza, Aurélie Berland, Anne-Sophie Lancelin, Dalila Belaza. Lumière : Gwendal Malard. Son : Christophe Renaud.


Participez sur les réseaux sociaux