Histoire intime d’éléphant man  | Théâtre Fantazio Mercredi 22 novembre - 20h30

Fantazio, poète engagé et perpétuel improvisateur philosophe, étonne et ouvre les portes de l’introspection, souvent avec humour.
Sur scène, il offre un spectacle en rupture avec les conventions, s’interroge et interroge le monde, soulevant des questions essentielles. Il explore ses chimères en un feu d’artifice tumultueux et dresse un costume sur-mesure à la folie ordinaire.

Le chaos, je l’ai arrosé tous les jours comme une fleur, jamais je n’ai voulu l’abandonner, il était un objet fragile qui ne le quitterait pas pendant ce long voyage montagneux de vie, et il ne valait mieux pas que je lui fasse la sourde oreille ou que je devienne hypocrite avec lui, parce qu’on allait passer beaucoup de temps ensemble, voisin étrange à qui vous allez avoir à faire tous les jours dans un village exigu. — Fantazio

La démarche de Fantazio

Fantazio commence par tout déstructurer.

« Tabula Rasa » semble-t-il annoncer.

La démarche n’est pas sans évoquer le projet dadaïste qui remettait en cause toutes les conventions et contraintes idéologiques, artistiques et politiques. D’autant plus qu’autre chose émerge de cet immense chaos. Ses performances consistent en une longue improvisation que l’on pourrait qualifier d’expression spontanée. Cette forme d’expression artistique est surprenante, elle semble facile mais ne l’est pas.
Beaucoup de gens établissent une équivalence entre inspiration, exploration du subconscient, hasard, automatisme et liberté. Mais obéir aveuglément à toute impulsion est sans doute une autre forme d’asservissement, soumis à d’autres règles, qu’on ignore. Son dessein ne paraît pas avoir de limites précises et pourtant, Fantazio a l’air d’évoluer dans un douloureux carcan, il balance sans discontinuer entre l’amorce d’un projet structural et l’impondérabilité de sa prose. Il communique ainsi son vertige angoissant. Il évolue sur des chemins douloureux, labyrinthique, peuplé de démons. On assiste à une expérience captivante et éprouvante, dans le bon sens du terme.

Francois Devred dit Pirlouiiiit

Production : Théâtre L’Aire Libre – Festival Mythos – Centre de production des Paroles Contemporaines, Rennes. Résidence : Théâtre L’Aire Libre.


Participez sur les réseaux sociaux

Médiathèque Photos & vidéos