samedi 1er et dimanche 2 décembre

INFUSE

Suites japonaises ou les gestes déplacés d’une cérémonie du thé

De et par Catherine Contour, Bertrand Gauguet, Loren Capelli et en collaboration avec le désigner Goliath Dyèvre

A partir de gestes de la préparation du thé, collectés dans différents pays et tout particulièrement au Japon où elle a travaillé à plusieurs reprises, la chorégraphe Catherine Contour compose un moment suspendu en complicité avec le  musicien Bertrand Gauguet, la dessinatrice Loren Capelli et le designer Goliath Dyèvre. Dans une chambre de thé à l’atmosphère délicate et poétique, une invitation à embarquer pour un voyage immobile, à s’accorder un temps pour laisser déborder la danse et déguster une infusion de paysages.

Au départ
Une passion pour les bols.
Le goût du voyage, des gestes, des espaces naturels et architecturaux, des situations de rencontres et de découvertes.
Un travail développé à partir de cet acte présent partout dans le monde : celui de préparer le thé et de le partager ; L’observation et l’étude de certaines de ces situations pour en appréhender les spécificités.
Le désir persistant d’inventer des espaces autres que celui de la scène pour y proposer des gestes chorégraphiques rapprochés et des danses situées.

Un espace, une situation
Peut-être dans un jardin d’hiver ; à un moment précis de la journée ; à une saison.
Une table-paysage en cire ;  autour, une petite assemblée de personnes installées sur des assises.
Sur cette table, des objets pour la préparation du thé dont des bols-coude.

Avec des gestes, des mots et des sons
Une danseuse prépare le thé et l’offre à chacun. Ses gestes s’amplifient, s’enflent, s’étirent, se suspendent, se condensent, jaillissent… Des gestes déplacés. L’eau déborde, un paysage se crée à l’échelle de la table pour gagner tout l’espace et emprunter le paysage : le tas de feuille devient montagne, le filet d’eau : cascades, le creux : lac, le souffle: tempête.

Par moment elle parle, des fragments de texte sont lus, un musicien joue ; à d’autres, c’est la musique du lieu qui se compose avec les sons des actions : l’écoulement du liquide, les petits tintements des bols, les présences vivantes.

Par le corps
Une invitation à activer tous les sens et à « revenir au corps » comme on dit « revenir à la terre » : Aux mains qui prennent, tiennent et touchent les bols-coudes ; Aux lèvres ; A la bouche qui déguste le thé ; A l’ensemble du corps immergé dans une qualité de l’air et du moment présent qui pourrait résonner avec cette formule que les japonais emploient dans l’art du thé :  « Ichi-go ichi-e » (« Une fois, une rencontre »).L’imaginaire s’anime, le corps dialogue avec la gravité, non sans un zeste d’humour.

Suites japonaisesest un archipel de créations conçu par Catherine Contour entre la France et le Japon à partir d’une série de séjours accompagnés par l’Institut français. A son retour d’une résidence à Dazaifu près de Fukuoka en juillet 2018, Infuse — Suites japonaises  sera présentée dans deux versions, l’une pour Cognac et l’autre pour Grenoble, où elle sera suivie en juin 2019 par Une Plage en Chartreuse — Suites japonaises.

Production Association 40Neuf
Avec l’aide de l’Institut français et de la Ville de Grenoble dans le cadre de leur convention de partenariat, de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, de l’Institut français de Fukuoka et du Dazaifu Shrine Museum.

Suites japonaisess’inscrit dans le prolongement du séjour au Japon en 2013 effectué dans le cadre du programme Hors les murs de l’Institut français.


Participez sur les réseaux sociaux

Médiathèque Photos & vidéos