Vendredi 11 décembre 2015 - 20h

Pour cette soirée, nous vous proposons deux spectacles de danse qui vont jouer avec les espaces de l’Avant-Scène et où il sera question d’interaction entre corps, son et images.

It's going to get worse and worse and worse my friend

Avec cette pièce, succès international depuis 2012, Lisbeth Gruwez, collaboratrice majeure de Jan Fabre, signe un solo épatant interrogeant les effets des discours idéologiques sur la gestuelle de leur orateur. La chorégraphe-interprète étudie des concepts, des idées, des réalités sociales et quotidiennes, pour concevoir ses spectacles. Digérés par le corps, ces concepts sont traduits en impulsions corporelles qui deviennent un alphabet. Ici, à chacun de ces gestes est associé un mot tiré des déclamations du télévangéliste américain ultraconservateur Jimmy Swaggart. Entre la bande son et la formidable présence de Lisbeth Gruwez se tisse un lien étrange, une mise à distance décalée qui révèlent la violence contenue dans les discours politique et sa potentielle contagion sur l’auditoire. Danseuse exceptionnelle dotée d’une énergie folle, Lisbeth Gruwez tétanise le spectateur dans une envolée crescendo en trois parties vers l’extase produite par le discours.

Durée : 40 min

Conception, chorégraphie et interprétation : Lisbeth Gruwez. Composition sonore et assistant : Maarten Van Cauwenberghe. Costumes : Véronique Branquinho. Conseiller artistique : Bart Meuleman Lumières : Harry Cole. Assistante lumières : Caroline Mathieu.
Production : Voetvolk vzw. Coproduction : Grand Théâtre de Groningue ; Troubleyn / Jan Fabre ; Théâtre Im Pumpenhaus de Munster ; AndWhatBeside(s) Death.

Hakanaï

Hakanaï désigne en japonais ce qui est fragile. Il est le point de départ de ce spectacle comme une partition entre une danseuse et des images en mouvement. Cette performance numérique développe  un langage poétique, hypnotique et enveloppant puisant son inspiration dans l’imaginaire des rêves.  Le dispositif crée par Adrien M et Claire B est un cube entouré de tulle blanc où quatre vidéos projettent simultanément un univers graphique. Débute alors un dialogue entre la danseuse et cet espace fait d’images. Hakanaï est une véritable création numérique au service du spectacle vivant.

Durée : 40 min

Conception : Adrien Mondot et Claire Bardainne. Danse (en alternance) : Akiko Kajihara, Satchie Noro, Virginie Barjonet, Francesca Ziviani. Interprétation numérique (en alternance) : Claire Bardainne, Adrien Mondot, Jérémy Chartier, Loïs Drouglazet. Création sonore : Christophe Sartori, Loïs Drouglazet. Interprétation sonore (en alternance) : Christophe Sartori, Loïs Drouglazet, Jérémy Chartier, Pierre Xucla. Design, construction : Martin Gautron, Vincent Perreux. Dispositifs informatiques : Loïs Drouglazet. Création lumière : Jérémy Chartier. Regard extérieur : Charlotte Farcet. 

Coproductions, aides et soutiens : Les Subsistances ; Centre Pompidou Metz ; La Ferme du Buisson, SN Marne-la-Vallée ; Atelier Arts Sciences (CEA Grenoble – Hexagone, SN Meylan – CCSTI Grenoble La Casemate) ; Les Champs Libres ; Centre des Arts – Enghien-les-Bains ; « Ville d’Arts du Futur » – Lille ; MCNN ; Micro Mondes, Lyon ; DICRéAM.

La compagnie Adrien M / Claire B

La compagnie Adrien M / Claire B crée des formes allant du spectacle aux installations dans le champ des arts numériques et des arts vivants. Elle est co-dirigée par Claire Bardainne et Adrien Mondot. Leur démarche place l’humain au centre des enjeux technologiques, et le corps au cœur des images, avec comme spécificité le développement sur-mesure de ses outils informatiques. Ils poursuivent la recherche d’un numérique vivant : mobile, artisanal, éphémère et sensible.
Depuis sa révélation aux Jeunes Talents Cirque 2004 avec le projet Convergence 1.0, Adrien Mondot, artiste pluridisciplinaire, informaticien et jongleur crée des spectacles mettant en oeuvre des interactions sensibles entre le numérique, le jonglage, la danse et la musique. Avec Cinématique, il remporte le Grand Prix du jury dans le cadre de la compétition internationale «Danse et Nouvelles Technologies» du festival Bains Numériques à Enghien-les-Bains en juin 2009.
En 2010, il rencontre Claire Bardainne, plasticienne, designer graphique et scénographe. Diplômée d’Estienne et des Arts Déco de Paris, ses recherches visuelles se concentrent sur le lien entre signe, espace et parcours, explorant les va-et-vient entre imaginaire et réalité, au sein du Studio BW, qu’elle co-fonde en 2004, ou en collaboration avec les chercheurs en sociologie de l’imaginaire du Ceaq (Sorbonne, Paris).
Ils refondent en 2011 la compagnie qui devient Adrien M / Claire B. Aller au-delà de l’espace du plateau et de la temporalité de la représentation est notamment un des axes forts de la transformation de la compagnie. Ils co-signent ainsi la création de l’exposition interactive XYZT, Les paysages abstraits. En 2011, ils créent également la conférence-spectacle Un point
c’est tout, et signent la création numérique de Grand Fracas issus de rien, mis en scène par Pierre Guillois. En 2013, ils créent « Hakanaï », pièce chorégraphique pour une danseuse dans une boîte d’images. Et en 2014, avec Mourad Merzouki / CCN de Créteil et du Val-de-Marne / Compagnie Käfig, ils co-signent la création du spectacle « Pixel ».
Ensemble, ils interrogent le mouvement et ses multiples résonances avec la création graphique et numérique. Il en surgit un langage poétique visuel, associant imaginaire, réel et virtuel porteur d’infinies perspectives d’exploration.


Participez sur les réseaux sociaux