La Cerisaie  | Théâtre De Anton Tchekhov - Par Christian Benedetti Mardi 16 janvier - 20h30

Le metteur en scène Christian Benedetti s’est lancé dans un projet un peu fou. Monter l’intégrale des grandes pièces de Tchekhov. Une aventure entamée il y a 5 ans avec La Mouette, Oncle Vania, et Les Trois Soeurs et qui se poursuit avec La Cerisaie, la dernière pièce écrite par l’auteur russe en 1904 peu de temps avant sa mort.

La presse en parle

Cette mise en scène est haletante et moderne. Elle dépoussière le théâtre de Tchekhov. Le théâtre de Christian Benedetti est tout sauf austère. Il y a de l’énergie sur scène. Il monte Tchekhov avec une vitalité impressionnante. Et sa Cerisaie devient une pièce optimiste.

                                                                                                  Stéphane Capron – FRANCE INTER

Un pari audacieux qui se risque vers l’abstraction… Tchekhov voulait qu’on s’amuse, plus qu’on se désole. Sans doute aurait-il salué le courage et le parti pris de Benedetti. Point de folklore exotique. Un mobilier sommaire et brut, un paravent et un grand chandelier pour signifier la petite fête donnée un soir, suffisent. Car les acteurs et le texte priment.

                                                                                                      Denis Laboutière – MEDIAPART

Tchekhov à l’épure. Refusant toute lecture psychologique, le parti pris du metteur en scène Christian Benedetti fait échos à ces regards multiples, à ces personnages très incarnés dont les blessures vont peu à peu s’ouvrir pendant la pièce. Un spectacle juste, authentique, servi par une troupe de comédiens qui mettent ce texte en bouche et en mouvements avec une spontanéité qui tourne le dos aux épanchements de l’âme slave.

  Antonio Maffia – LE PROGRÈS

Le travail de ces acteurs sur la diction apparaît pour ce qu’il est: remarquable, précis. Ils dansent comme ils pleurent, avec une sincérité, une justesse qui suscitent l’émotion et nous les font ressentir comme des frères et sœurs. Cette mise en scène au rythme effréné rétrécit l’espace-temps, nous fait paraître cette Cerisaie bien proche de nous. Si la Cerisaie c’est la Russie qui se délite, ce sont aussi nos racines qui partent en miettes, un monde qui s’effondre. Et nous sommes bouleversés.

Trina Mounier – LES TROIS COUPS

Production : Théâtre-Studio. Coproduction : Les Nuits de Fourvière, Grand Lyon Métropole – Pôle Culturel d’Alfortville et l’ensemble de l’équipe des comédiens. Soutien : DRAC Île-de-France et de l’ADAMI. Participation artistique de l’ENSATT.


Participez sur les réseaux sociaux