Fantazio & Théo Ceccaldi – Peplum  | Musique Concert événement Jeudi 24 mai - 20h30

L’union inédite de ces deux histrions de l’impro a produit une superbe boîte à surprises.
Logique : le performeur-contrebassiste et le jeune violoniste de l’ONJ ont beaucoup en commun : des mélodies qui leur tournent en tête comme des chars dans des arènes, l’envie de raconter des histoires, de préférence surréalistes, le besoin de se confronter à toujours plus de musiciens différents… Entourés par la nouvelle garde du jazz français, ils se font tout un film  avec pas grand-chose. Et c’est déjà beaucoup.
Le violoniste, compositeur et arrangeur Théo Ceccaldi a choisi de s’associer à Fantazio pour mettre sur pied une nouvelle création.

La matière ? Des mélodies intimes, qui habitent depuis longtemps le corps de Fantazio. Des morceaux qui n’attendaient qu’un beau manteau pour sortir, et nous embarquer dans un voyage sonore cinématographique. Une équipe haute-couture, sur mesure se compose, avec une jeune bande d’artificiers qui partagent le goût du dérapage contrôlé : Antonin-Tri Hoang, Benjamin Flament, Roberto Negro, Valentin Ceccaldi…

Théo Ceccaldi

En déployant un discours d’une grande subtilité de nuances, cherchant constamment à concilier fougue, lyrisme et sophistication formelle, Théo Ceccaldi figure assurément parmi les grandes révélations de la nouvelle scène jazz hexagonale contemporaine.

Embarqué dès son plus jeune âge dans de très sérieuses études classiques (ponctuées par un Premier Prix de violon, d’écriture et de musique de chambre en 2004), mais de tout temps attiré par la liberté du jazz, il a véritablement trouvé sa voix en 2010 en créant en compagnie de son frère Valentin au violoncelle et de Guillaume Aknine à la guitare, un trio original faisant le lien entre la tradition chambriste occidentale et l’improvisation libre. Lauréat du Tremplin Orléans’Jazz en 2011, le Théo Ceccaldi Trio a depuis confirmé tout le bien qu’on pouvait penser de lui en signant coup sur coup deux disques pour le label Ayler Records, et en remportant le dispositif “Jazz Migration” 2014 de l’AJC.

Membre fondateur du jeune collectif orléanais Tricollectif, le violoniste participe par ailleurs activement à une série de formations parmi lesquelles le groupe Toons de son frère Valentin, le quartet de chambre La Scala et Loving Suite pour Birdy So du pianiste Roberto Negro (avec Elise Caron). Plébiscité par ses pairs, Théo Ceccaldi a intégré le quatuor à cordes de musiques improvisées IXI dirigé par Régis Huby et Guillaume Roy, le nouveau tentet de Joëlle Léandre Can You Hear Me ? (aux côtés d’Alexandra Grimal) et fait partie de l’Orchestre National de Jazz dirigé par Olivier Benoît.

Fantazio

Est à la fois performer, musicien (contrebassiste), chanteur, comédien et auteur-compositeur-interprète. Improvisateur hors-pair, il offre un spectacle en rupture avec les conventions, chante en plusieurs langues quand il ne soliloque ni ne crie.

Sur scène, Fantazio, n’hésite pas à interrompre ou modifier sa prestation pour interagir avec le public. Musicien et poète engagé, il étonne et ouvre les portes de l’introspection, souvent avec humour. Sa route a croisé celles de Akosh Szelevényi, Joëlle Léandre, René Lacaille, Jean-François Vrod, Rodolphe Burger, Grand Corps Malade, Pierre Meunier, Bertrand Belin, le Quatuor Béla, Sarah Murcia, Jean-Jacques Birgé, Denis Charolles, Camille Boitel, Jean-Yves Ruff, Noemi Boutin, Sylvaine Hélary, François Tanguy, Katherina Ex, Kitsou Dubois,…

En 2016, il était en résidence à l’Académie de France à Rome (dite la Villa Médicis) et cette création avec Théo Ceccaldi est celle de son retour en France.

Dessins d’Annie Claire Alvoët (voir l’article Jazz magazine mars 2017)


Participez sur les réseaux sociaux

Médiathèque Photos & vidéos